Le conseil de classe participatif ou interractif

Expérimenté en ZEP, le conseil de classe participatif (en présence de l’élève) ne prend pas plus de temps qu’un conseil de classe « classique » que j’aurais tendance à appeler « conseil tribunal ou à huit clos »

Le conseil de classe « classique »

Les membres du conseil :

  • un représentant de la direction : Le proviseur ou un de ces adjoints
  • le ou la COP : Conseiller(ère) d’orientation si disponible, si prévenue, si existante
  • un CPE : Conseiller principal d’éducation (vie scolaire)
  • Le médecin scolaire, l’infirmière, l’assistante sociale, la psychologue si besoin
  • un ou deux délégués de classe s’il y a des cours dédoublés
  • les enseignants présents (autre conseil en parallèle, maladies,…)
  • les consignes des absents

conseil_de_classe_-_la_revue_des_parents_fcpe

Phase 1 : Etat des lieux

En règle générale, il commence par un tour de table des opinions des enseignants sur la classe afin de confirmer ou d’infirmer les propos du professeur principal.

Il est souvent réalisé en l’absence des délégués et des rares parents qu’on a pas réussi à dégouter.

Phase 2 : L’entrée des artistes

Les délégués sont invités à donner leur sentiment sur la classe

Phase 3 : Le décorticage individuel

On passe en revue les notes et commentaires par matière et/ou par enseignant.

Parfois, on implique les délégués de classe pour savoir s’il y a un problème individuel ou message de l’élève concerné.

Il s’en suit un vote sanction, abstention, émulation et une remédiation si nécessaire.

Les sanctions :

  • Aucune
  • Avertissement Assiduité
  • Avertissement Travail
  • Avertissement Comportement

Les émulations

  • Aucun
  • Encouragements
  • Compliments
  • Félicitations

La remédiation

  • Fiche de suivi
  • Colle/retenue
  • Convocation des parents
  • Conseil de discipline
  • exclusion temporaire ou définitive
  • Aide au devoir
  • Tutorat
  • Réorientation

Phase 4: Fin

  • Transmission des documents et bulletins pour envoie

Le conseil de classe participatif

Centré sur l’élève qui est présent, il peut être complété par la présence de la psychologue pour les cas les plus ardus.

Les phases 1 est 2 sont quasiment identiques qu’en classique

Phase 3 : Le questionnement général

Chaque élève doit se présenter devant le conseil de classe mais il ne s’agit plus le juger en son absence mais bien de le questionner et de le pousser à réfléchir sur lui même.

Il peut venir accompagné d’un délégué s’il le souhaite mais la plupart du temps il ne le fait pas.

Il est indispensable de commencer par un questionnement basique auquel aucun délégué ne pourrait répondre  :

  • Etes-vous intégré dans la classe ?
  • Que pensez-vous de votre travail, de votre comportement ?
  • Pourquoi avez-vous cumulé les heures d’absence ? »
  • Veux-tu toujours devenir routier ?

Ce questionnement peut-être préparé à l’avance par l’élève par exemple avec une fiche de réflexion sur son comportement dans le but de modifier durablement son attitude en le mettant face à ses incohérences. Elle implique les parents dans le processus :

Fiche de réflexion

Il arrive malgré tout que durant le premier conseil, l’élève n’arrive pas à s’exprimer ses difficultés, cependant, en fonction de ses réponses, on comprend très vite le motifs de ses problèmes s’il y a lieu.

  • Il est une tête de turc
  • Il est associal
  • Il pense être moins intelligent que les autres voir bête
  • Il a de gros problèmes familiaux
  • Il ne peut pas rester, ni travailler chez lui
  • Il ne comprend pas pourquoi, il ne travail pas ou pourquoi il faut travailler
  • Il a des problèmes judiciaires …

Par contre, il validera ou invalidera toujours son choix de filière.

Cette réflexion intérieure amène l’élève a se poser des questions sur sa motivation, sur ses limites, ses craintes, ses envies, ses besoins, ses choix, ses difficultés et amorce donc une recherche de solution.

Il est obligatoire que chaque membre de l’équipe soit à l’écoute non seulement par respect envers l’élève mais surtout pour lui montrer qu’elle travaille pour lui, avec lui et qu’il peut se confier.

Phase 4 : L’individualisation

Dans les cas les plus difficiles, le questionnement se poursuit plus précisément en douceur sans avoir l’air d’un interrogatoire.

L’appui du psychologue peut alors devenir indispensable pour rassurer l’élève et fixer les  limites du questionnement qui pourrait vite devenir invasif.

  • Pourquoi as-tu des difficultés à travailler à la maison ?
  • Combien de temps consacres-tu à tes études par jours ?
  • Es-tu aidé à la maison ?

Il en ressort pourtant des choses que je pensait inimaginable comme :

  • « Mon père m’oblige à rester à la maison pour éviter que ma mère découche »(valider par le père ensuite)
  • « Je travaille toutes les nuits car mes parents ne veulent rien faire, il boivent tout le temps »
  • « Je ne sais quasiment pas lire » (en seconde)

En fonction des réponses, il dévient inutile de s’acharner sur les notes et le reste, on passe directement à la remédiation.

Dans les autres cas, on félicite d’abord. On met ainsi l’accent sur le positif pour obtenir l’attention.

  • J’ai de mauvaises notes, des « rapports » et on me complimente

Puis progressivement, on précise les questionnement par matière, par problème. L’équipe pédagogique ne juge pas, elle attend des réponses.

  • Quelles difficultés rencontres-tu en maths ?
  • Quelle importance accordes-tu à l’anglais ?
  • Qu’est-ce qui te parait difficile en technologie ?

On pointe ainsi chaque difficulté dans l’unique but de pousser l’élève à trouver des solutions observables et non des promesses.

Phase 5 : La remédiation

Dans cette phase encore, on pousse l’élève vers la recherche de solutions adaptées à son vécu.

Le questionnement commence par un signal de compréhension, qui valide le message :

  • Nous comprenons beaucoup mieux pourquoi..

Puis le questionnement orienté ou non vise à obliger l’élève à apporter sa ou ses solutions. Il est indispensable de choisir des questions ouvertes.

  • Qu’est ce qui pourrait t’aider à mieux apprendre, mieux réussir ?
  • Que penses-tu de devenir interne ?
  • Quels avantages trouves-tu à avoir un tuteur élève ou professeur ?
  • Souhaites-tu dispose d’une tablette en classe et en dehors ?
  • Que penses-tu d’une PAE ?
  • Et si nous rencontrions tes parents ?
  • etc…

Phase 6 : Le bilan

Il devient très rare que les sanctions pleuvent. D’ailleurs, ce qui pourrait passer comme un sanction devient un choix.

Le conseil valide les choix. Un contrat verbal est conclu puis est formalisé puis signé entre l’élève et l’ensemble du conseil pour confirmer son soutien .

Le cas échéant, il peut prévoir un échelonnement des solutions en fonction des résultats obtenus à la suite du premier choix.

Il est d’ailleurs possible de sceller celui-ci une poignée de main accompagné d’une photo. Cette actions symbolise une confiance mutuelle, surprend l’élève, et valide définitivement son accord.

La photo lui devient opposable en cas de non respect.

En guise de conclusion :

Sur une classe de seconde CAP CRM dont 70% des élèves est composé « d’autrement », c’est à dire n’ayant pas suivi la filière classique et issus de DIMA, SEGPA, 3PPRO, etc.. .

On obtient : 0 démissions , 0 TS, un absentéisme quasiment nul (hors maladie) et L’année suivante 100% de réussite au CAP CRM et sans « Kdo » car à l’époque les permis étaient validés uniquement par des IPSCR (Inspecteur des permis de conduire et de la sécurité routière) dans un secteur difficile en conduite.

(Expérience vécu dans les grandes lignes (en partie) en 2007, académie de Rouen, Lycée Professionnel Fernand Léger (ZEP) de GRAND-COURONNE dont je remercie l’équipe.)

Lexique :

1- Remédiation – Pédagogie différenciée

Définition et éclairages

Remédiation : (définition extraite de « Pédagogie : dictionnaire des concepts clés / Raynal, Françoise ; Rieunier, Alain. ESF 1998) « mot qui a la même racine que remède, et qui, dans le domaine des sciences de l’action, est synonyme d’action corrective ou mieux, de régulation.

En pédagogie, la remédiation est un dispositif plus ou moins formel qui consiste à fournir à l’apprenant de nouvelles activités d’apprentissage pour lui permettre de combler les lacunes diagnostiquées lors d’une évaluation formative.

On a recours pour cela à différentes propositions pédagogiques, qui pour être efficaces, doivent être sensiblement différentes des méthodes utilisées lors de la phase d’enseignement: aides audiovisuelles, informatiques, petits groupes de travail, enseignement individualisé, enseignement mutuel, nouveaux cahiers d’exercices, nouveaux documents à étudier, situations différenciées… ».

D’où le lien étroit entre remédiation et pédagogie différenciée.

2- Avertissement « non », mise ne garde « oui »

conseil-de-classe-dl.001.jpeg

3. Le Conseil de Classe des Parents

Illusion ou réalité ? et si on « laisser les parents faire » avec garde-fou bien sûr.

maxresdefault.jpg